Découvrir Bastar

Bastar était autrefois l’un des plus grands districts de l’Inde, plus grand encore que l’État du Kerala et des pays comme Israël et la Belgique. Son histoire ancienne est obscure – on pense qu’il a été établi au 11ème siècle par la dynastie Nagavanshi qui avait sa capitale à Barsu.

Il existe de nombreuses théories sur l’origine du nom “Bastar”. La plus rationnelle est qu’il est dérivé du mot sanskrit vistrat, large territoire, ce qui correspond à la perception qu’avaient les chefs du Deccan de la région située au nord de la rivière Godavari. Une autre explication est que le nom a évolué à partir de “Basta-karna”, les arbres de sal, dont Bastar est plein. La troisième hypothèse est que Bastar vient de “Bastah”, la chèvre, la région étant un territoire populaire, même aujourd’hui, pour les bergers qui migrent du nord de l’Inde. Selon une quatrième hypothèse, Bastar serait originaire de “Basta”, le sac, associé aux Tsiganes qui furent les premiers commerçants à venir dans la région pour échanger du sel contre des produits forestiers locaux et du minerai de fer. Et la 5 e pense que Bastar doit ses origines à “Bastakam”, une variété de sel, la marchandise la plus importée à Bastar au début de ses contacts avec le monde extérieur.

Historiquement, Bastar a formé la zone tampon entre le Deccan, dans le sud de l’Inde, et les États dissidents du Rajput, dans le centre de l’Inde. Elle n’a pas eu d’impact et n’a pas été touchée par des événements extérieurs. En tant que tel, il a développé son propre mode de vie et de gouvernance. La population, principalement tribale, était originaire de l’Inde bien avant l’arrivée des Aryens (il y a 10 000 ans !), et elle suit toujours son mode de vie traditionnel.

Le fleuve Indravati est le plus grand et le plus important fleuve de Bastar. Le Pamer Chinta est son principal affluent. Près de la moitié de Bastar est recouverte de forêts, et la région est remplie de jungles denses où poussent bambous, sal, bois de teck, sheesam et bija. Les hautes montagnes, les vallées, les ruisseaux, les chutes d’eau, les grottes naturelles et les parcs naturels abondent.

Il y a beaucoup à voir et à faire à Bastar et il est recommandé d’y passer au moins 3 jours.

Attraction : Jagdalpur

Jagdalpur, le quartier général du district, est une petite ville, facilement explorable à pied. Elle est verte et magnifique.

Croyez-le ou non, vous pouvez sortir de la rue et entrer dans le palais Bastar, vieux de 70 ans, situé à une extrémité de la rue principale. L’ancienne famille royale réside toujours dans une partie, tandis qu’une autre sert d’école de médecine. Actuellement, il n’y a pas d’installations résidentielles ici, mais le déjeuner peut être organisé. Le dimanche, il y a un marché hebdomadaire.

De nombreuses chutes d’eau magnifiques se trouvent à proximité. Les lacs Ganga Munda et Dalpat Sagar se trouvent sur la rivière Indravati, qui passe par Jagdalpur. S’étendant sur 350 hectares, Dalpat Sagar est le plus grand lac artificiel du Chhattisgarh. Il a été créé il y a plus de 400 ans par le Raja Dalpat Deo Kakatiya pour recueillir l’eau de pluie. Aujourd’hui, c’est une source importante de poissons. Si vous pouvez vous réveiller assez tôt, participez au culte rituel de la divinité avant de regarder le groupe de pêcheurs, où un groupe étend les filets et l’autre groupe pousse les poissons dans les filets en hurlant et en battant l’eau. Ou, si vous préférez, allez faire du bateau (bateau à moteur / pédalo) sur le lac, surtout au coucher du soleil.

Achetez de l’artisanat tribal pendant Dassera et Diwali au Gole Bazar nocturne et dans la région de Kumhara Para.

En conduisant sur la route nationale (NH) 16 à l’ouest de Jagdalpur, vous pouvez voir les Maria Menhirs, des pierres monumentales érigées pour les morts. La taille de la pierre indique la position du défunt, et les dessins qui y figurent suggèrent des objets et des actes chers à la personne décédée. Il est de coutume de déposer une pincée de tabac à mâcher au pied du menhir, en signe de respect pour l’âme du défunt.

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *